Ninho - We Love Green

Ninho

L’OURAGAN RAP !

Aussi doué pour réaliser des tubes populaires que pour kicker et impressionner son auditoire, tout en gardant, dans un cas comme dans l’autre, une même cohérence et une identité artistique prononcée. Seul rappeur français à allier une telle quantité de collaborations et d’inédits à longueur d’année, et une qualité aussi solide à chaque apparition, Ninho est aujourd’hui bigger than rap, et passe le le premier quart de ce disque à poser les dimensions de son personnage à l’heure actuelle. “Minuit pété sous champ », « demain j’serai aux Seychelles”, lance-t-il sur La vie qu’on mène, signe que son mode de vie a évolué, bien qu’il rappelle dans le même titre que tout ce luxe n’est que la juste récompense d’efforts consentis durant des années : “pour avoir cette vie-là, j’ai remonté les bretelles”. Que la forme soit douce (La vie qu’on mène, Tokarev), plus sombre (Paris c’est magique) voire nerveuse (N.I), Ninho raconte les affres de la célébrité et de son changement de statut (“y’a qu’un pas entre l’anonymat et la vie de reusta, j’deviens fou”), sans jamais perdre de vue son environnement naturel, la rue et ses vicissitudes, ses drames, et ses réalités.