Les premiers noms du Think-Tank We Love Green 2022 : le laboratoire d’idées ! - We Love Green

Les premiers noms du Think-Tank We Love Green 2022 : le laboratoire d’idées !

Un lieu d’écoute, de discussion, d’émulation érigé au cœur du Festival. Depuis sa création en 2014, le Think Tank WE LOVE GREEN poursuit la même ambition : promouvoir les innovations de demain, retranscrire des témoignages engagés, amener des débats d’idées toujours portés par des penseurs.euses iconoclastes, des personnalités militantes et des spécialistes du dérèglement climatique.

Pour cette édition exceptionnelle de reprise, la scène du Think Tank se transforme avec un chapiteau de 600M2 et des collaborations médias renouvelées et inédites. A nos côtés cette année : BRUT, LE MONDE et BINGE AUDIO pour varier les formats et toujoursdébattre, agir, interagir, comprendre et prendre conscience des problématiques de notre société actuelle. 

Au programme de ces deux jours de Think Tank et de bouillonnement d’idées : des podcasts en live et en public, des cartes blanches à des personnalités engagées, des conférences et débats, des grands témoignages …

HUGO CLEMENT reviendra sur son expérience de journaliste d’investigation environnemental et notamment à travers son émission « Sur le Front ». 

Puis, ses invités LAMYA ESSEMLALI, présidente de SEA SHEPHERD France, PIERRE RIGAUX, naturaliste et miltant animaliste et SABRINA KRIEF, vétérinaire et primatologue viendront le rejoindre pour une thématique indispensable : Changer notre rapport au vivant.
Pour que chacun.e prenne conscience de l’importance de vivre en harmonie avec la nature, la faune, la flore et s’armer pour freiner le dangereux déclin de la biodiversité.

Le climat est de plus en plus chaud et il est de plus en plus hostile aux journalistes qui enquêtent et documentent les bouleversements de nos écosystèmes. Partout dans le monde, ces guerrier.e.s de la plume et de la caméra sont menacé.es, violenté.es et même tué.e.s.  Plus que jamais, l’urgence climatique rime avec urgence informationnelle.

Avec MARTIN BOUDOT, journaliste d’investigation et de l’émission “Vert de Rage”, LEA PERUCHON, journaliste pour Forbidden Stories et le documentaire Mining Secret et ANA MAGALHAES, journaliste pour le média bréisilien Reporter Brasil, répondront aux questions de l’activiste française CAMILLE ETIENNE et témoigneront de ce que cela coûte d’être un.e journaliste environnemental.e en 2022.

 

L’un est reconnu comme l’un des plus grands explorateurs de la Nature, et n’a pas peur de l’affronter, l’autre est vu comme le sauveur des coraux de notre Océan. Tous les deux, sont des défenseurs avertis de la planète et de la biodiversité.
Sur le Think Tank de WE LOVE GREEN, MIKE HORN, explorateur et  TITOUAN BERNICOT, fondateur de CORAL GARDENERS,  deux générations se rencontrent, pour partager et échanger sur leurs expériences, qui chacune à sa manière, relève de l’exploit.

MIKE HORN, aventurier, explorateur des temps modernes, a réalisé au cours de ses 25 ans de carrière des exploits exceptionnels : descendu l’Amazone à la nage, fait deux fois le tour du monde, escaladé des sommets, réalisé la plus longue traversée de l’Antarctique en solo et sans assistance à la force de ses jambes et du vent, a réalisé la première traversée complète de l’océan Arctique via le pôle Nord et lancé un programme environnemental mondial de quatre ans destiné à sensibiliser les jeunes adultes à l’importance de préserver la planète.

TITOUAN BERNICOT a quant à lui, fondé alors qu’il n’avait que 18 ans, CORAL GARDENERS organisme qui réalise l’exploit de restaurer des récifs coralliens. En 2017, sur Mo’orea, île sœur de Tahiti, en Polynésie française, il est témoin de la dégradation trop rapide du récif corallien et décide avec un groupe de jeunes, d’agir pour sa sauvegarde. S’en crée un collectif international d’activistes, de scientifiques, d’ingénieurs et de créateurs rassemblés pour la conservation marine. Aujourd’hui, CORAL GARDENERS c’est plus de 20 membres, un mouvement d’un demi-million de personnes pour sauver les récifs, et déjà plus de 16 000 coraux replantés.

Avec le meurtre de Georges Floyd, le racisme structurel de nos sociétés est devenu encore plus éclatant. Partout dans le monde, les citoyen.ne.s commencent à faire le lien entre racisme et capitalisme, racisme et système patriarcal, et surtout racisme et écologie.

Accompagné.es d’ASSA TRAORE militante antiraciste française, HILDA FLAVIA NAKABUYE, activiste environnementale ougandaise et SEUMBOY VRAINOM, artiste et fondateur de la chaîne Histoires Crépues, nous allons explorer ce nouveau concept qui vise à documenter les liens étroits entre la destruction du vivant et l’esclavagisme.

Le rally de formule 1 organisé en Arabie Saoudite, la Coupe du Monde 2022 au Qatar ou les Jeux Olympiques d’Hiver en Chine, tous ces évènements sportifs qui sont des éléments de soft power, ont un point commun : leurs pays hôtes ont des pratiques condamnables sur le plan des droits de l’Homme. La solution : redorer leur image par le soft power en finançant des rencontres sportives de haut niveau. Cette tactique a un nom : le sportwashing. Elle a également un prix: un impact cabone, social et environnemental démesuré. Cela va évidemment à l’encontre des objectifs posés par les rapports du GIEC depuis de nombreuses années.

KEVIN VEYSSIERE, créateur du média Football Club Geopolitics, VIKASH DHORASOO, footballeur et CAROLE GOMEZ directrice de recherche à l’IRIS, spécialiste de l’impact du sport dans les relations internationales et JEAN-CLAUDE SAMOUILLER : vice président de Amnesty International France vous expliqueront les logiques complexes de cette nouvelle manière, doublement condamnable, de faire du sport.

 

GRAND ENTRETIEN

Dans le sud du Sénégal, en Casamance, les villageois qui le croisent sur le terrain le surnomment « Sembe » (« la force », en diola). A près de soixante dix ans, HAÏDAR EL ALIdéborde d’initiatives pour contrer la déforestation et favoriser l’autosuffisance alimentaire.

La dernière en date : une collecte de semences auprès des habitants pour reboiser des hectares de forêts perdues. Farouche adversaire de la surpêche et du trafic de bois précieux, ancien ministre de l’écologie, il a été depuis 2019 directeur général de l’agence sénégalaise de la reforestation et de la Grande muraille verte.

C’est un mot que l’on entend désormais partout, prononcé aussi bien par le président Macron, le pape, des économistes ou des militants pour le climat. Mais qu’est-ce que c’est, concrètement, la sobriété ? Qu’est-ce que cela implique dans nos façons de nous loger, nous déplacer, manger et consommer ? Une vie plus sobre est-elle possible et pourrait-elle même – soyons fous – nous faire rêver ?

Avec NADIA MAIZI, contributrice du dernier rapport du GIEC, chercheuse à Mines Paris, directrice de The Transition institute 1.5, PIERRE-ALAIN LEVEQUE, cofondateur du Low-tech Lab et YVES MARIGNAC, porte-parole de l’association négaWatt.

HUGO TRAVERS, journaliste et fondateur du média « HUGO DECRYPTE », répond aux questions des festivalier.e.s sur 3 grands sujets du journalisme d’aujourd’hui :

  • La hiérarchisation de l’information 
  • La place de l’écologie dans le flux de l’actualité 
  • Les Fake News 

Enregistrement des podcasts sur la scène Think Tank de WE LOVE GREEN, à retrouver sur les plateformes de Binge Audio par la suite.

Telle une contre-soirée dans la cuisine, une discussion avec SOPHIE-MARIE LARROUY et ses invité.e.s, permet, mine de rien, d’en apprendre plus sur son prochain.

Deux épisodes de À bientôt de te revoirhors les murs à WE LOVE GREEN, à retrouver sur les plateformes de Binge Audio après le festival.

Pas de meilleure occasion pour faire place aux Totally Spies de l’écologie sur le canap’. Broncheuses et broncheurs festivalier·es, SOPHIE-MARIE LARROUY convie pour vous CAMILLE ETIENNE, militante écologiste, avec les journalistes SALOMÉ SAQUÉ et PALOMA MORITZ.

Un feu n’est pas coutume : SOPHIE-MARIE LARROUY convie la chanteuse et musicienne JULIETTE ARMANET à prendre place sur le canap dans un volet spécial du podcast À bientôt de te revoir au festival WE LOVE GREEN.

JUDITH DUPORTAIL reçoit 3 invit.é.es pour approfondir les questions du moment et surtout celles qui auront sûrement été oubliées. Parce qu’il est possible de débattre autrement. Sans clashs, sans caricatures et sans pensées toutes faites.

Foutu.e pour foutu.e, autant en profiter ? 

La tâche à accomplir pour empêcher la catastrophe climatique est tellement immense qu’on peut se sentir démuni.e. Et être tenté.e de se dire, foutu.e pour foutu.e, moi, je kiffe tant ce que je suis là. Et si la solution était là ? Si le plaisir, la fête, l’hédonisme était un début de réponse politique ?

La billetterie est ouverte !

Je prends mes billets !